Evénements

Ca bouge dans les hôpitaux...

Les hôpitaux français se piquent d'acupuncture !
Source Le MONDE le 20/05/2012



Acupuncture, massages à visée thérapeutique ou encore pratiques psychocorporelles comme le tai-chi ou le qi gong... Les médecines traditionnelles chinoises s'intègrent peu à peu dans les pratiques des hôpitaux et des centres hospitalo-universitaires (CHU) français, où elles font de plus en plus l'objet d'études cliniques et même médico-économiques, avec des critères occidentaux. Le groupe hospitalier de la Pitié-Salpêtrière (Paris), en pointe dans ce domaine, a même créé un centre intégré de médecine chinoise avec des activités de soins, d'enseignement et de recherche.
Le service de nutrition de la Pitié a ainsi mis en place des cours de qi gong (sorte de gymnastique) pour des patients en surcharge pondérale. Des massages thérapeutiques de type shiatsu sont dispensés dans le service d'ORL de ce même hôpital. Une étude clinique est d'ailleurs prévue pour évaluer les bénéfices de cette approche sur la fatigue associée à des maladies neurologiques (Le Monde du 12 octobre 2011). La technique chinoise la plus implantée dans les hôpitaux français est cependant l'acupuncture. Elle est proposée pour soulager diverses douleurs chroniques, lutter contre les nausées postopératoires ou induites par les médicaments anticancéreux...

300 FEMMES ENCEINTES RECRUTÉES

C'est en gynéco-obstétrique que les indications semblent les plus nombreuses. Dans les maternités strasbourgeoises, où elle a fait ses premiers pas il y a une vingtaine d'années, l'acupuncture est devenue un traitement courant pour de nombreuses femmes enceintes. "Actuellement, une douzaine de sages-femmes formées assurent des consultations quotidiennes sur les deux maternités du CHU, au total 6 000 par an, précise le docteur Annick Bigler, acupunctrice qui exerce en libéral et dans le service du professeur Israël Nisand (chef du pôle de gynéco-obstétrique du CHU de Strasbourg). Les deux principales indications sont les nausées et vomissements, et les douleurs du dos ou du pubis. Plus rarement, des séances sont réalisées chez des femmes hospitalisées pour une menace d'accouchement prématuré ou une hypertension, en plus de la prise en charge habituelle. L'acupuncture est aussi utilisée pour assouplir le col et les muscles du périnée avant l'accouchement."

Par ailleurs, une étude est en cours depuis trois ans, à Strasbourg, afin de valider cette technique pour retourner un foetus se présentant par le siège. Dans cet essai, la moitié des femmes est stimulée au niveau d'un point unique sur un orteil, le groupe témoin l'étant au niveau d'un "faux" point sur un autre orteil, explique le docteur Bigler. Une vaste étude devrait aussi bientôt commencer dans une dizaine de maternités françaises pour confirmer si l'acupuncture diminue le taux de césariennes.

Le professeur Marc Dommergues, chef du service de gynéco-obstétrique de la Pitié-Salpêtrière, s'apprête, de son côté, à effectuer une évaluation médico-économique des douleurs lombo-pelviennes de la grossesse. Jusqu'ici, dans cette maternité, aucune consultation d'acupuncture n'est proposée, mais une sage-femme a été formée.

L'essai inclura environ 300 femmes enceintes recrutées dans plusieurs maternités parisiennes. Toutes bénéficieront de conseils, 150 auront en outre quatre séances d'acupuncture réalisées par la sage-femme. "Cette étude permettra de mesurer l'efficacité de cette stratégie sur les douleurs pendant toute la durée de la grossesse, mais aussi son coût pour le système médical français, indique l'obstétricien. Des essais précédents ont montré que l'acupuncture soulage dans la semaine qui suit, mais il n'y a guère de données sur les effets au long cours."

NOMBREUSES RÉTICENCES

Chef du département d'anesthésie-réanimation de l'hôpital de Bicêtre (Kremlin-Bicêtre), le professeur Dan Benhamou prône lui aussi une approche pragmatique. "Je ne suis pas partisan de la médecine traditionnelle à tout-va mais, si des points d'acupuncture ont un bon rapport bénéfice-risque pour certains symptômes, il serait dommage de ne pas les intégrer à notre pratique", relève-t-il. La stimulation d'un point unique au niveau du poignet serait ainsi efficace pour soulager les vomissements postopératoires, voire les prévenir. Encore faut-il des preuves suffisamment solides.

"Une bonne partie des études vient de Chine, et leur qualité est variable. Notre démarche doit être d'évaluer scientifiquement, selon les critères de la médecine occidentale, pour garder les bonnes indications et éliminer les mauvaises", poursuit cet anesthésiste qui a créé, il y a deux ans, le premier diplôme interuniversitaire d'"acupuncture scientifique", avec une acupunctrice exerçant en libéral, Nadia Volf.

Malgré cette vision universitaire, les réticences envers les médecines chinoises sont encore nombreuses, notamment pour les financements d'études. "Pour l'instant, quand deux projets de recherche clinique sont en concurrence, celui sur l'acupuncture ne gagne jamais", note Dan Benhamou.

La volonté de l'Assistance publique de développer les médecines complémentaires dans ses établissements (offre de soins, enseignement et recherche) devrait bientôt changer la donne.

Sandrine Cabut



 

EnergiZen participe à plusieurs épreuves sportives

Cliquez pour agrandir l'image

Semi marathon ING Luxembourg
Jérémy et Xavier ont courus le semi-marathon de Luxembourg le 19 mai 2012 sous les couleurs de EnergiZen.
Un grand merci à Jérémy pour tout !!!

Participation renouvellée avec succés en mai 2013 avec Jérémy et Xavier

Marathon de Metz 2013

Véritable défi, l'équipe a participé avec succès au marathon de Metz avec des temps plus qu'honorable. Le Shiatsu a contribué entre autre à réaliser ces performances.

Objectif Marathon de Luxembourg 2014...








Cliquez pour agrandir l'image
T-Shirt homme ou femme sur demande.
Cliquez pour agrandir l'image
Suivez mes Moves sur


Copyright © EnergiZen 2011-2018. Tous droits réservés.energizen@energizen.fr